• Accueil forums
  •  » Distribution
  •  » « Nous sommes loin d'avoir changé nos conditions commerciales dans la précipitation »

Écrire une réponse

Veuillez écrire votre message et l'envoyer
Options

Retour

Résumé de la discussion (messages les plus récents en premier)

Le 21 Novembre 2014 à 09h30

AIXO7 group

Nous souhaitons en excellente AG à Sagesse et espérons de bonnes nouvelles à l'issue de celle-ci.

Le 21 Novembre 2014 à 08h57

AIXO7 group

Bonjour à tous,

Merci Fabrice Alessi de faire ressortir de ses cendres ce forum juste à propos pour soutenir le bras de fer engagé par Sagesse vis à vis de Sage.

Espérons que cette tribune va encore distiller ce qu'il faut pour ouvrir les yeux de bien des confrères.

Il y a aussi d'autres divisions de Sage récemment intégrées dont les revendeurs certifiés doivent désormais s'occuper pour prendre en main leur destinée de marché.

Aixo7 group
Majorum Plein Ciel "en formation"
Ex Centre Partenaire Major 2014

Le 11 Juin 2013 à 08h30

AIXO7 group

Chers confrères,

Excellent article de Fabrice ce matin.
Nous vous invitons tous à relire notre post du 3 avril.
La phase 2 est bel et bien là et avec une parfaite exactitude.
Je souhaite beaucoup de courage économique à ceux qui vont rester...

Au passage, merci à RV pour son compliment concernant notre analyse dans notre post précédent.

Bien à tous.

Le 07 Juin 2013 à 15h19

RV

@AIXO7 group
Quelle analyse pertinente et réélle.
J'ai assisté hier à la présentation des nouvelles, nouvelles et nouvelles conditions commerciales de partenariat par le nouveau directeur commercial
Depuis 2009, c'est la 4ème fois en 4 ans que SAGE PE change les régles du jeu
Je note surtout que les dirigeants de SAGE PE ont aucune connaissance de la situation actuelle du marché en proposant, imposant une croissance annuelle de 10 à 15 %. Aujourd'hui, il s'agit depuis plusieurs mois de maintenir l'activité et d'empécher la récession comme me le confirme de nombreux confrères.
De plus en rognant nos marges, les objectifs de croissance  seront encore plus impossinles à atteindre.

Enfin pour obtenir une croissance aujourd'hui, il faut pouvoir s'adresser à des nouveaux marchés avec des produits novateurs, fonctionnels et fiables afin de faire la différence avec soit les anciens produits soit les concurrents.
Les entreprise capables d'investir aujourd"hui dans un nouveau logiciel demandent un produit conçu et adapté, mais surtout sont des entrepises ayant plus de moyens que les TPE qui resserent tous leurs investissement.
Les entreprises de plus de 20 salariés disposent de budget formation conséquentmais l'on ne peut aujourd'hui s'adresser à elles avec la gamme de logiciels SAGE PE.

Effectivement EBP est novateur avec la nouvelle gamme et surtout des fonctionnalités et ne joue pas et plus dans la même cour qu'API SAGE PE.
Bravo à eux pour leurs changements d'orientation

Le 07 Juin 2013 à 10h10

AIXO7 group

Addenda

Pour notre part, nous méditons sur :

"Seulement ceux qui prendront le risque d'aller trop loin découvriront jusqu'où ils peuvent aller."

TS ELLIOT

NB : Rédigé rapidement, notre dernier post a quelques erreurs d'orthographe et de grammaire.
Nous vous prions de nous en excuser.

Bonne lecture et à bientôt d'en débattre avec nos lecteurs cachés très attentifs...

Le 07 Juin 2013 à 09h56

AIXO7 group

Chers "posteurs"

Tout d'abord merci à Fabrice Alessi pour son article publié ce matin qui donne un éclairage sur, d'une part, le recul de neutralité nécessaire et, d'autre part, de faire écho de la voix de Sage PE qui ne semble passer... que par là.
L'absence de communication directe de Sage PE avec ses revendeurs quels qu'ils soient, telle est la question ? On pourra mettre cela sur le compte d'une erreur (au combien nombreuses dans le groupe) avec le manque de crédit en sus visant à cacher un remaniement de la direction commerciale en sous-sol.

L'annonce de la nomination d'un nouveau directeur commercial n’est à classer que dans la stratégie bien connue du "fusible". Elle n'a pas de crédibilité réelle pour rassurer son réseau maintenant. Ce sont la politique de communication et la façon dont Sage-PE va assoir ou réaffirmer sa politique de distribution qui vont être déterminant. En ce sens, on a l’impression qu’on joue la montre pour arriver aux vacances d’été très propices pour les voltes faces qui ne se voient alors que très peu.

Ce qui est très surprenant aussi, c'est le profil du prétendant au poste.
Analysons un instant la stratégie canaux de la filiale Sage-PE par rapport à ses sociétés concurrentes ou par rapport à ses consoeurs.
Sur le marché des PE, que ce soit EBP concurrent direct et actuellement très agile sur le marché ou Ciel groupe Sage, sa consoeur (qui lui a concédé le transit des produits PDV retiré de son catalogue dès février dernier), très active à conserver ses parts de marché qui sont menacées, nous constatons que ces sociétés ont une stratégie multi-canal.
La vente directe existe au sein de chacune d’entre elles avec des cibles de produits spécifiques destinés aux clients directs et d'autres réservés à la vente indirecte par revendeur.
Nul ne peut être dupe à voir dans les manoeuvres de Sage-PE l'ouverture d'un canal direct nécessaire à la survie et à la croissance de la filiale.
Toutefois, c'est la stratégie d'alimentation du canal direct qui pourrait être mise en cause.
Plutôt que de partir en conquête de nouveaux clients alimentant le canal direct, la filiale pourrait être fortement tentée par la facilité des vases communicants pour « mouiller » le canal et l’amorcer sur le réservoir des clients des revendeurs.

Dès le début de notre collaboration avec Sage-PE (il y a 3 ans), nous avions déjà pressentis clairement de tels mécanismes. Nous nous engagions alors très prudemment face à l’absence de mûrissement de stratégie sur ce point.
Cette impression s'est confirmée fortement lorsque nous avons entrepris la vente sur le web des produits PE à titre d'expérimentation en 2011.
Lorsque nous avons observé les réactions de Sage-PE, les tentatives de blocage très subtiles et les discours qui nous ont été tenus (d'une couardise raffinée), nous avons cessé de commercialiser leurs produits.
Et pourtant, nous voyons bien ici la concrétisation de tels comportements.
Avions-nous compris que nous étions en avance sur le canal direct toutes entreprises PE ?
Voire même, pouvions-nous gêner ?

A part quelques brèves courtoisies ou une invitation récente dans un grand restaurant parisien de la direction de Sage-PE (avec un petit mot nous indiquant que l'on reprend contact sous quelques jours avec nous, contact jamais réalisé), la direction commerciale en charge du canal revendeur n'a plus communiqué avec nous ni ne s'est interrogé sur notre départ volontaire et discret.

Ce qui manque considérablement dans la politique de produits et de marketing-mix chez Sage-PE, c'est la cohérence de la gamme par rapport aux cibles, une stratégie claire pour ses revendeurs ou un engagement de protection de clientèle rattachée à ses revendeurs qui les prémunira des effets de l'ouverture d'un canal direct. Mais surtout, un engagement réel d'animation dans la confiance de son réseau de revendeurs fait défaut.
Sur ce dernier point, Sage-PE souffre de la maladie des grandes structures de groupe où dilution de responsabilités règnent et dans lesquelles les circuits de décision sont mis à mal par un système de ligne hiérarchique qui n'est pas courte du tout en terme de centre de responsabilités propre à la réactivité nécessaire de la présence sur le marché de la marque avec ses revendeurs.

En cette matière, EBP a remanié avec brio son réseau de distribution indirecte. Il a su ne pas se heurter à ses revendeurs tout en conservant une distribution directe dont la cible est clairement identifiée par ses revendeurs (ce qui ne les empêche nullement de se positionner sur les mêmes cibles et sans effets notoires de sensation de concurrence). Il a accomplit une transformation souhaitable et souhaitée avec des garanties proposées et clairement posées à ses revendeurs.

Nous observons et saluons, chez Ciel groupe Sage, une tendance identique mais très hésitante sur le statut des revendeurs qui reste grandement à conforter et à garantir compte-tenu de la crise Sage-PE. C’est d’autant plus vrai que les échos des présents post sont très bien relayés auprès des dirigeants du groupe Sage. Tout moyen de communication même indirect reste bon puisqu’il permet un début de communication justement…
Elle est longue à se mettre en place car la rénovation des esprits des canaux de distribution internes et des stratégies produits/services sont à révolutionner pour faire oeuvre (nous mettrons cela sur le compte des erreurs fortuites qui ne sont pas tragiques pour le moment).
Cette stratégie est pourtant la bonne et dans un business model d’alliance au combien important par ses temps économiques incertains.

Nous n'avons pas mis longtemps pour observer les bienfaits d'une concordance directe de notre business model avec EBP depuis la mise en place de la nouvelle stratégie revendeurs (CA doublé en 2012 et croissance à 2 chiffres sur le premier trimestre 2013).
Enfin, l'innovation pour se poser sur de nouveau marché comme le Saas par exemple ne manquent pas chez EBP.
Ne nous leurrons pas et soyons lucides, la conception de logiciels a ses difficultés et ses dysfonctionnements partout. Aucun éditeur n'y échappe. Mais ce qui est important, c'est la façon de gérer le canal.
Sur des anomalies ou manquent de fonctionnalités, l'écoute a régné dès le début du lancement Open Line sur le marché PE chez EBP.
La gestion des évolutions se font dans une totale cordialité, avec la transparence nécessaire et surtout dans une confiance renouvelée avec le sourire !

Sage dans son ensemble manque de crédit sur la confiance qu'il veut poser entre le groupe et ses revendeurs, le manque de transparence, la régulation de ses propres rivalités et tensions internes qui transpirent en permanence dans ses relations aux clients.
D'expérience professionnelle de cadre supérieur dans une très grande entreprise française, j'ai appris que cela n'est jamais bon lorsque la crise de confiance arrive aux portes du client.

Une citation de William Blake pourrait conclure ce post :

"Au matin, je vis avec joie mon ennemi gisant sous l'arbre..."


Bonne méditation.

Le 06 Juin 2013 à 21h06

NOSTALAPI

@Plusquemarre   Même en ayant zéro à l'examen, tu en sauras toujours plus que cette clique d'incompétents qui dirigent API. Ceci étant, c'est un comble de devoir passer un examen pour vendre les logiciels API comme si pour vendre de la m...de il fallait passer un examen. Renvoyez leur plutôt la copie avec du PQ.

Bon j'arrête là car cela m'énerve trop !

Le 06 Juin 2013 à 15h40

Plus que Marre

Alors là le nouveau directeur commercial a fait fort, il double le coût d'achat du statut de partenaire agréé, et il veut nous faire passer des examens !!
Qu'il commence par certains de ces techniciens et ses développeurs !
Il a assuré lors de la web que SAGE PE ne faisait pas de ventes directes ... c'est nouveau ça


En tout cas je vais prendre un malin plaisir à obtenir ZERO à l'examen

Le 05 Juin 2013 à 11h39

EnRAGE

Suite aux envois intenpestifs d'informations directement à notre clientèle, les mails adressés à la direction de SAGE ont engendrés un appel des asisitants commerciaux qui expliquent qu'une erreur a été commises et qui présentent leurs excuses
Mais trop tard, le mal est fait en terme d'image

Monsieur le Directeur de SAGE PE :
On n'est pas con parce que l'on fait une erreur, on est con quand on la recommence et là en 4 ans cela fait beaucoup d'erreurs donc ....

Le 05 Juin 2013 à 09h25

AIXO7 group

suite dernier post Jo

Cher "posteurs"

La stratégie exposée plus haut par nos soins, bien réglée et bien huilée, prend sa forme de jour en jour.
N'en doutez pas, cela va se poursuivre. Aucun revendeur chez Sage-PE ne s'est jamais vu proposé de contrat écrit avec quelques clauses que ce soit. Le groupe Sage dans son ensemble procède ainsi. Les voies de recours sont donc très maigres.

La réponse la plus efficace pour le revendeur : c'est le simple choix provenant de son client à changer de logiciel de gestion et donc de quitter la marque. C'est propre, inattaquable et tout aussi efficace que les méthodes bien particulières d'un éditeur qui ne respecte pas son réseau de distribution...

Bien à tous.

Le 04 Juin 2013 à 15h16

Jo

Le comble

Nos clients reçoivent maintenant en direct les doces des nouvelles versions de leurs logiciels sans autorisation d enotre part et même que nous en soyons aviser au préalable.
A quoi servez vous à demander ce matin un des mes clienst à un collaborateur ?
De quel droit se permettent-ils de communiquer en direct auprès de notre clientèle ?
NOUS DEVONS FAIRE QUELQUECHOSE de conséquent
Qu'en pensez-vous ?

Le 04 Juin 2013 à 08h22

AIXO7 group

Chers confrères,

Je constate que la voie de la raison et du bon sens pose ses bases solides.
Nous allons vivre un petit changement de panorama qui va faire pâlir la verte arrogance.
Espérons qu'une leçon sera tirée de cet épisode grêleux pour l'éditeur et surtout qu'à d'autres de ses endroits ou filiales, il saura tenir aussi une autre route avec ses revendeurs.

Oublions ici les quelques trublions en "consulting" dont la vision est très étroite. Pour un consultant, cela reste un comble et un paradoxe.

Penchons-nous maintenant sur les vases communiquant de parts de marchés et observons bien la manœuvre pour ne pas rater le vrai business avec de vrais professionnels de l'édition (et non des acheteurs de parts de marché).

Bien à tous.

Le 03 Juin 2013 à 16h13

Pierre

@NOSTALAPI
Effectivement EBP a énormément progressé
Dans le Batiment, au contact semble t-l d'anciens partenaires Batiment de SAGE
Avec la gamme Open Line en fonctionnalités et fiabilité ... sauf pour les paies

L'accueil et l'écoute sont très professionnels et cela nous change de SAGE même si nos interlocutrices étaient des plus gentilles, elles n'avaient aucun moyen.

L'image et la notoriété sont là auprès des prescripteurs Chambre des métiers, Experts-comptable, etc ..

Les tarifs se situent dans une gamme très corrects permettant de faire des affaires et de la marge

Vive le changement .............. enfin pas n'importe lequel !

Le 31 Mai 2013 à 17h54

NOSTALAPI

Tu as raison EnRage : il faut appeler à la rescousse Lefevre Consulting, le grand spécialiste qui trouve qu'API c'est parfait et EBP pourri car pas fini.Personnellement, si je savais que je revendais un logiciel pas fini et pourri, je ne le vendrais pas: c'est une question de conscience professionnelle. Pour les béotiens, je rappelle qu'un logiciel n'est jamais terminé ! même Sage L100 n'est pas terminé et les bugs sont les mêmes depuis Maestria. Enfin, dire que Sage MD PME ( ex Build'r) est le fer de lance, j'aimerai bien connaitre les ventes de ce logiciel car ceux qui le commercialisent encore semblent unanimes pour dire qu'à part la Bdd qui a migré d'Oracle à SQL on a toujours la même daube.
Je revends et forme aussi sur EBP depuis 12 ans, je trouve que ces dernières années EBP a largement rattrapé son retard et que ces logiciels OL sont puissants, pro et pas trop chers. Je n'ai pas de problème avec ma clientèle EBP si ce n'est pas parfois avec la hot line EBP pas toujours souriante.

Enfin EnRage, si tu cherche du très bon en logiciel de bâtiment, va jeter d'urgence un oeil chez Codial : une fois vu par le client,  acheté le lendemain. Et si tu connais Windev, tu t'éclate avec.

Le 31 Mai 2013 à 17h22

EnRage

17 minutes avant d'avoir quelqu'un au service technique de sage PE

Encore une fois un problème, l'installation de Batigest se passe mal, mais peut être que LEFEVRE Consulting a la solution !!
La seule réponse est : Réessayez !
Mais prenez le controle de l'ordinateur d emon client pour essayer de comprendre
Non ce n'est pas dans mes fonctions
Et un nouveau client qui est mécontent
SVP Donnez moi des coordonnées d'éditeurs beaucoup plus sérieux

Le Forum Distributique

Actualité de la distribution et du matériel informatique - Forum Distributique

Vous n'êtes pas identifié.

Pied de page des forums